18 mars 2010

Point de suspension et dévience(s).

(...) S'éteind... Résonnance puis raisonnance. Il faut que je mente.

Garder cette imagination que je ne cesse pas de repousser puis d'attiser depuis un temps indéfini. Temps, je ne veux pas que tu suspendes ton vol. Transporte moi... Vers la véracité ou la férocité. Qu'importe je vis, j'aime, devrais-je m'excuser ? (...)

Sensation, physique - appréciation, mentale, ce besoin -physique et mentale- par les pensées puis les gestes, enfin, le passage à l'acte. Et je me lance des défis sans cesse, je m'amuse à planter des barrières en poussière que je traverse toujours, attiré par une sorte d'impossible-possible... Par cet autre Moi, à l'affut de la moindre "sensation forte" comme par exemple, plonger, sans aucune raison, dans un gouffre sans fin qui n'a d'ailleurs pas lieu d'exister car il a été créé de toutes pièces par ma personne. Moi, qui n'aime pas la facilité mais plutôt les réflexions qui prennent des raccourcis qui en fait me rallongent et m'amènent péniblement dans une voie sans issue. Moi, qui voudrait partir mais qui reste toujours, qui écrit des mots qui ne forment aucune histoire. La seule fiction est dans ma petite tête, et souvent, je me demande si je ne ferai pas mieux de tout arrêter, comme cette discussion égocentrique avec moi-même. (...) Vie, Violence éternelle du débat entre ce que l'on fait et ce que l'on croit être...

Posté par Khleos à 19:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Point de suspension et dévience(s).

    Un petit nouveau pour bientot?

    Posté par alexis, 10 mai 2010 à 10:52
Poster un commentaire